Dicton du jour
Chaque revers a sa médaille !!!

CULTIVER LE TERREAU DU BONHEUR ET REMPLIR SON SEAU

PAS DE RECETTES - DU BON SENS - LE CHOIX DES INGREDIENTS
Nous confectionnons pour nous-mêmes notre sandwich !

A l’aube de mes 50 ans, je cherche plus qu’avant mon bonheur - cultiver l’amour et le respect, le plaisir dans l’action engagée et concertée, la créativité dans tout, la connexion à ce que nous offre l’univers.

« Je peux vivre ma vie sans plus ou je peux choisir de choisir » dit Tal Ben Shahar.

Choisir, c’est créer ma vie - et ce, malgré les tracas, les contrariétés, les désespoirs, les souffrances qui font partie intégrante de l’existence cf. la Conférence du 20 octobre dernier à Bobino.

Tal Ben Shahar docteur en psychologie positive, professeur à Harvard ouvre 4 voies et nous sensibilise sur 101 choix ou 101 expériences pour saisir notre chance. Que dit-il ?

POUR CULTIVER LE TERREAU DU BONHEUR ET REMPLIR SON SEAU,
SE NOURRIR MIEUX ET FAIRE LE PLEIN :

1. FAIRE LE CHOIX DE FOCALISER SUR CE QUI MARCHE - CE QUI VA BIEN
2. FAIRE LE CHOIX DE DONNER - DE LA GRATITUDE, DE LA RECONNAISSANCE
3. FAIRE LE CHOIX DE VOIR LES EPREUVES DE LA VIE COMME DES OPPORTUNITES
4. FAIRE DE CHOIX DE PRATIQUER L’EXERCICE PHYSIQUE

*************** à mâcher morceau par morceau

1. FAIRE LE CHOIX DE FOCALISER SUR CE QUI MARCHE - CE QUI VA BIEN
De nombreuses expériences ont démontré qu’à force de se focaliser sur ce qui ne va, la personne ne manque pas de déclencher de graves séquences de stress et des scénarii d’échec à répétition qui nuisent évidemment à son propre bien-être, et en systémie à son environnement.
Quand quelqu’un se focalise sur les dysfonctionnements d’une structure, les défauts d’une personne ou les revers d’une situation, il amplifie ce qui ne marche pas. Il crée un potentiel en excès et ruine ces chances de transformer sa vie positivement.
Au contraire, quand il recherche activement les atouts, les talents, les qualités, il met en valeur les aspects positifs du système et crée immanquablement une dynamique - en soi générative de fierté, de plaisir et de succès.
Pour bien vivre, il est nécessaire de porter un regard réaliste sur les choses - un regard qui ne méconnait pas les problèmes mais qui ne cristallise pas les manques ou les tares.
La société a tendance à faire loupe sur tout ce qui ne va pas en minimisant les bonnes choses. Comment pouvons-nous à l’échelle individuelle et collective être vigilant sur ce qui ne va pas, tout en éclairant les aspects lumineux de chaque situation, de chaque personne - et de chaque instant de la vie.
L’espoir et l’optimisme (infondé et irréaliste pour les pessimistes) améliorent les relations affectives, augmentent nos chances de réussir, nous aident à surmonter l’adversité et à réaliser nos rêves comme une prophétie auto-réalisatrice.
- Nos croyances conditionnent nos réussites.
- Notre stratégie de communication est notre stratégie de vie !!!

Êtes-vous « chercheur de tares » ou de « chercheurs de bienfaits » ?

2. FAIRE LE CHOIX DE DONNER - DE LA GRATITUDE ET DE LA RECONNAISSANCE
Marc Twain disait « un bon compliment me fait deux mois. »
Si on ne sait pas apprécier les qualités des gens (les progrès, les efforts… ) - à voix haute, les qualités se déprécient.
En quête de résultats et d’exploits, il arrive souvent qu’on n’accorde peu ou pas d’importance au processus relationnel et aux gens. A contrario, en renvoyant régulièrement un écho positif aux personnes de son entourage, en dispensant des sourires, des mots qui contiennent de la gentillesse, de la reconnaissance, de la gratitude, des remerciements, je nourris la relation et la mets à l’abri des coups durs. Nous nous remplissons de cette générosité, servons notre interlocuteur, et en systémie, notre environnement. Nous créons une intelligence collective et puisons ensemble la force de conquérir des contrées lointaines…
De nombreuses expériences ont démontré combien contribuer pour les autres ou pas -donner ou pas, conditionnent notre bonheur.
Force est de constater que :
- Lorsque nous donnons, nous rendons le monde meilleur.
- En donnant, nous renforçons notre estime, augmentons notre confiance en nous.
- Le fait de donner nous détourne de nos anxiétés.
- Les personnes qui réussissent le mieux sont celles qui donnent.
La gentillesse est contagieuse !!! Si je suis prévenant, j’ai des chances qu’on le soit aussi avec moi, ce qui en retour conditionne ma propre réaction, et ainsi de suite.
Le traitement que je réserve aux autres et celui que je me réserve sont étroitement liés : plus je respecte les autres, plus je me respecte ; et plus je me respecte, plus je fais de même avec mes semblables.

Alors vais-je choisir de répandre des ondes d’apaisement ou des vagues de brutalité ?

3. FAIRE LE CHOIX DE CONSIDERER LES EPREUVES DE LA VIE COMME DES OPPORTUNITES
C’est en tombant qu’on apprend à marcher, en balbutiant qu’on apprend à parler, en gribouillant qu’on apprend à dessiner… pas d’apprentissages sans risques, ni sans ratés.
Si on considère toute erreur comme une catastrophe, on se retient de tenter sa chance et donc de réaliser son potentiel. Si on considère toute épreuve comme une entrave, on s’empêche d’apprendre et d’évoluer.
Les gens qui accomplissent des prouesses, dans quelque domaine que ce soit, savent que l’échec n’est pas un obstacle rédhibitoire mais au contraire un tremplin sur le chemin de nouvelles réussites. Ceux qui ont été couronnés de succès sont aussi ceux qui ont subi le plus d’épreuves et de revers. Ils ont appris à échouer - sans perdre leur identité.
Ils savent retrouver leur cohérence et leur intégrité - même si leur image a été entamée et leur confiance parfois ébranlée.
Ils savent faire le deuil - gérer la perte, assumer le manque, et se reconstruire dans un nouveau projet. Cette capacité de résilience qui se développe avec les épreuves de la vie permet de rebondir - mûrir, se réaliser et s’accomplir.
Même dans les circonstances les plus éprouvantes, on peut toujours trouver quelque chose de bon à quoi se raccrocher.
- Et si l’erreur n’était qu’une expérience, une expérience qui permet de re-décider !
- Et si l’échec était une source fascinante de libération du « sois parfait » !
- Et si l’épreuve était une opportunité de résoudre un conflit, de grandir et de s’accomplir !
- Et si cet exercice nous ramenait à notre vulnérabilité et donc notre humanité !

Préférez-vous « apprendre à échouer ou échouer à apprendre » ?

4. FAIRE LE CHOIX DE PRATIQUER L’EXERCICE PHYSIQUE
Pour cultiver son bien-être et faire le plein, chacun doit s’occuper de son corps.
L’exercice physique est bon pour la santé car il réduit considérablement les risques de maladies cardiovasculaires, de diabète et de cancer. Ses effets ne se limitent pas au corps. En effet, une dose modérée et régulière - ne serait-ce que ½ heure 3 fois par semaine - combat très efficacement le stress, la dépression et l’anxiété. En faisant de l’exercice, on accroît son bien-être psychologique global, on améliore sa concentration et sa créativité.
L’inactivité derrière un ordinateur, au téléphone ou à la télévision est contraire à notre nature et à nos besoins vitaux.
Si l’on veut profiter d’une bonne santé physique, mentale et psychique, il faut bouger. Nous avons par nature besoin d’activité physique - bouger régulièrement, respirer profondément, nous oxygéner.
Quand on contrarie cette nécessité vitale, on risque d’en payer le prix tant sur le plan physique que sur le plan psychologique. A chacun de trouver son morceau et de répéter ses gammes : marcher, courir, nager, faire du vélo, jardiner, bucheronner…
Pour créer l’équilibre tête - cœur - corps, la danse, le rythme et la musique sont également d’excellents moyens pour nous reconnecter à notre moi véridique - un espace où nous sommes vraiment, sans faux-semblants, sans artifices, sans masques ; rien que de la légèreté, de la simplicité, de l’authenticité.
- Un temps pour refaire le plein d’énergie.
- Un espace pour débrancher le mental et développer son intuition.

Se mouvoir et se laisser émouvoir en écoutant vraiment son cœur !

CRÉATRICE DE RÉUSSITES
Ma mission : mobiliser les ressources, booster l’énergie, provoquer l’action, générer le mouvement… une évolution

Véronique Lauvergeat, Coach à Orléans et à Paris
siret : 508 065 513 00014 ‐ ape : 7022 Z ‐
urssaf : 450 3304534322
Plan du site / Se connecter / Mentions légales / Graphisme : Frédéric Rauzy / RSS 2.0 /